FamousWhy
CAN
Famous People Famous Regions Famous Articles Famous Software FamousWhy Web Services Famous Forum Submit Content
|

Statistics:
Visits: 561
Votes: 0
Fame Riser
          
Fame Rank
N/A


On this page

Habib Bourguiba Biography
Habib Bourguiba Pictures
Habib Bourguiba Links
Useful Tabs
User reviews
Create a poll for Habib Bourguiba
Ask a Question about Habib Bourguiba
Habib Bourguiba Quotes
Born on August 03
Passed Away on April 06
Famous tunisien People
 

Habib Bourguiba Fan-Club

BECOME A FAMOUS FAN!

Habib Bourguiba has no Fans yet!

create pool

Famous People



Ask a Question about Habib Bourguiba

Famous Tags


homme politique   français   fondateur   président   pouvoir   célèbre   astronome   sioniste   américain   chef   angleterre   fonctionnaire québécois   directeur général   historien   ecrivain romain   communiste   militaire   anglais   britannique   leader   liberateur   général   politicien   regime autoritaire   chancelier   allemand   homme politique prussien   lord protecteur   politician   socialisme destourien   independance   commentateur   patriote victorieux   republicain   risorgimento   acteur  

All Tags

Famous Forum

[edit biography]

Habib Bourguiba

 Q:   Ask a Question about Habib Bourguiba       
Habib Bourguiba Habib Bourguiba est un homme politique tunisien né le 3 août 1903 à Monastir et décédé le 6 avril 2000. Admirateur de la patrie des droits de l'homme, Habib Bourguiba accepta le dialogue avec la France tout en menant la Tunisie vers l'indépendance. Il en fut le leader charismatique pendant trois décennies.

Le militant nationaliste

Habib Bourguiba est le dernier-né d'une famille de la petite bourgeoisie rurale, ruinée par la concurrence des colons. Sortant du collège Sadiki de Tunis, un foyer de la culture arabe, il s'embarque pour la France et fait ses études secondaires, puis supérieures (droit, sciences politi-ques) à Paris. Rentré en Tunisie en 1927, il y exerce la profession d'avocat. Aussi fasciné qu'il soit par la France, symbole de puissance et de modernité, il prend co nscience de la contradiction entre les valeurs universelles dispensées par l'école de la République -parmi lesquelles le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes - et les réalités du protectorat. Bourguiba choisit la cause nationale.

Il crée en 1932 le journal l'Action tunisienne et milite au sein du Des-tour (Parti libéral constitutionnel), qu'il pousse à la scission en 1934 en fondant le Néo-Destour, dont il occupe le poste de secrétaire général. En accord avec les syndicalistes de la CGTT (Confédération générale tunisienne du travail), il encourage les manifestations qui dégénèrent en émeutes dans tout le pays. Arrêté et déporté en plein désert, Bourguiba n'est libéré qu'à l'arrivée de Léon Blum au pouvoir en 1936. Pragmatique, il accepte alors la négociation avec le gouvernement de Front populaire et défend l'idée d'autonomie interne, considérée comme une première « étape » vers l'indépendance. Après de nouvelles journées d'émeutes, en avril 1938, il est de nouveau arrêté. Emprisonné à Marseille, il n'est libéré qu'en 1943... par les Allemands. Revenu à Tunis, il refuse de collaborer, malgré les sollicitations de l'Axe auxquelles ont cédé d'autres dirigeants de son parti.

En 1945, Bourguiba s'embarque pour Le Caire, où il participe à la naissance du Comité de libération du Maghreb. Il semble que c'est à cette époque qu'il gagne le surnom de « Combattant suprême ». Rentré clandestinement, il est mis en résidence surveillée jusqu'en 1946. L'année suivante, il fait un retour triomphal à Tunis.

Le père de l'indépendance

Entre-temps, la France a opté pour une politique de la main tendue, qui ne désarme pas les nationalistes radicaux. Bourguiba, devenu président du Néo-Destour, est une fois encore assigné à résidence. Libéré par le gouvernement Mendès France, qui accorde à la Tunisie l'autonomie interne (3 juin 1955), Bourguiba se heurte aux néo-destouriens qui rejettent sa stratégie conciliatrice, fait exiler leur leader et va jusqu'à solliciter l'appui des forces françaises pour écraser la rébellion des fellaghas dans le sud du pays. Paris ayant officiellement reconnu l'indépendance de la Tunisie le 20 mars 1956, Bourguiba fait déposer le bey et proclamer la république le 25 juillet 1957.

Le nouveau président modernise les institutions, définies par la Constitution du 1er juin 1959, et laïcise la vie publique en accordant aux femmes une place nouvelle dans la société. Sous son impulsion, la Tunisie évolue vers un régime d'« État-parti », où le Néo-Destour (rebaptisé Parti socialiste destourien en 1964) est seul maître du jeu ; aussi sombre-t-elle dans une bureaucratie autoritaire et répressive. L'armée mate les émeutes qui éclatent au gré de la conjoncture.

L'artisan du socialisme destourien

Les réformes économiques entreprises après 1964 mènent la Tunisie sur la voie d'un socialisme où l'État prend en charge la production et la distribution des biens. L'agriculture est organisée en coopératives plus ou moins inspirées de celles de l'Union soviétique et les fellahs sont transformés en « ouvriers coopérateurs » répartis en équipes de travail.

Quatre ans après, l'échec du système est patent, et la Tunisie, au bord de la banqueroute. Bourguiba se sépare de son ministre de l'Économie, Ahmed Ben Salah, qui est emprisonné et condamné à dix années de travaux forcés. Il fait alors appel à un ancien compagnon de route, Hedi Nouira, qui impose un tournant libéral. Celui-ci n'empêche pas la grève générale du 26 janvier 1978, qui est suivie d'émeutes durement réprimées - la montée de l'islamisme ne faisant qu'aggraver la situation. Bourguiba est le premier leader nord-africain à acquérir une audience internationale. Il a un rêve unitaire : défenseur d'un Maghreb « à trois » - Tunisie, Algérie, Libye -, dont il veut faire le trait d'union entre l'Occident et le Moyen-Orient, il songe à l'élargir ultérieurement au Maroc et à la Mauritanie pour créer les « États-Unis d'Afrique du Nord ».

Élu président à vie en 1974, il procède à un chassé-croisé de Premiers ministres au lendemain des nouvelles et violentes émeutes qui éclatent en 1984. Le 7 novembre 1987, plusieurs médecins ayant été appelés à constater la déchéance physique et intellectuelle du président, celui-ci est destitué et placé en résidence surveillée à Monastir. Le « coup d'État médical » du général Ben Ali met en place un nouveau pouvoir, qui n'efface pas le prestige du fondateur de la Tunisie moderne auprès des couches populaires.



 

Habib Bourguiba Pictures

Habib Bourguiba homme politiqueHabib Bourguiba militante nationalisteHabib Bourguiba politicien


Tags: homme politique, tunisien, militant nationaliste, independance, socialisme destourien

[edit tags]

Submit your website/blog
  • No related sites found. If you are the webmaster of a website, blog or forum that contains related information to this page, we invite you to submit it for inclusion here.
  • Please add a link to our website before submitting your link(s).
  • Your link will be validated by our editors in about 48 hours.
  • Add your site here

Category: Politiciens  - ( Politiciens Archive)

Date Added: 10 August '12


Add a link to this page on any related website, blog or forum using this code :